La saga des Gibert (suite)
[La première partie se trouve dans "Les richesses  artistiques"]

Camille Sophie, l'aînée des deux filles de Guillaume-Toussaint, châtelain de Thieux, épouse le 19 juin 1805, à l'âge de 17 ans, le jeune François Alexandre Seillière, 25 ans, négociant. C'est un lorrain, né à Nancy, en 1782, fils de Florentin Seillière, baron d'Empire. Il va se lancer dans la banque comme son beau-père.

Banc d'oeuvre Seillière
François Alexandre n'oublie pas qu'il est lorrain et, pour décorer son banc d'oeuvre dans l'église de Thieux, il achète un tableau d'un peintre du XVIIème siècle, natif de Metz, Charles Poersonle repos de la Sainte Famille pendant la fuite en Egypte. Ce tableau a été restauré. En 1998, il a été prêté à la ville Metz pour une exposition consacrée à ce peintre.






En 1821, le jeune banquier va embaucher, pour le seconder, un lorrain, naturellement! Il se nomme Adolphe Schneider. Il a 19 ans. Il va vite faire la preuve de son talent et, en 1829, il  est intéressé aux bénéfices de la maison. La première grosse affaire qu'il traite, c'est le financement de la conquête de l'Algérie, en 1830.Prise d'Alger


Le jour de la chûte d'Alger, il entre dans la ville, en compagnie du fils Schneider.




Adolphe a un petit frère, Eugène, un ingénieur qui rame dans l'industrie comme directeur d'une forge dans les Ardennes. En 1836, Adolphe et son patron François Alexandre lui achètent une fonderie en faillite, au Creusot. Les deux frères vont la redresser et la lancer dans l'aciérie  au moment où se développent les chemins de fer. C'est la fortune!

Adolphe se charge des problèmes commerciaux de la société. Il se lance aussi dans la politique: maire du Creusot en 1841, il devient député d'Autun en 1842. Il meurt d'un accident de cheval en 1845.

Eugène Schneider, resté seul patron de l'entreprise, devient le fondateur  d'une dynastie de "maîtres de forges" qui vont dominer la sidérurgie française pendant un siècle. Lui aussi va être régent de la Banque de France mais aussi vice-président des Chemins  de fer PLM et premier président de la banque nouvellement créée: la Société Générale. Il brigue les mandats de maire et député de son frère et est élu avec presque 100% des voix. Il devient président de l'Assemblée! Il meurt en 1875. Une statue est érigée à sa gloire au Creusot.

Arthur Louis Gibert, le fils aîné de Guillaume Toussaint, est banquier comme papa. Il épouse une aristocrate, en 1818, Marie Elisa Orry de la Roche. Il se fait construire un bel hôtel particulier sur le Cour de la Reine, au bord de la Seine ( Aujourd'hui cette adresse est: 34 Cour Albert Ier) à deux pas du Grand Palais.
Tombe de AL GibertA la mort de son père, il devient châtelain et maire de Thieux.
 Il meurt à Paris, le 28 mai 1861. Il est enterré à Thieux.
Son hôtel parisien sera racheté en 1900 par... Eugène Schneider-2, l'héritier du premier ci-dessus! On ne le connaîtra plus que sous le nom d'Hôtel Schneider. Il est occupé actuellement par l'ambassade du Brésil.
 

Sic transit gloria mundi: que sont devenus ceux  qui sont à l'origine de ces fortunes?

Nous sommes allés au Père Lachaise essayer de retrouver la tombe de Guillaume Toussaint Gibert qui devait être ornée d'un buste. A l'endroit indiqué, il n'y avait que de la boue et des pierres disloquées! A quelques mètres de là, s'élevait un petit oratoire à l'abandon, la grille rouillée ouverte et l'oratoire plein de feuilles mortes. Sur les murs intérieurs, deux plaques gravées identiques rappelaient sobrement les noms et les dates de François Alexandre Seillière et de son épouse Camille Sophie Gibert.
La richesse de leurs descendants n'a pas profité à leur souvenir...

                                                                                                                                                                                                                                 
Oratoire Seillière

 



                                   
Plaque FA Seillière
























Retour à la page d'accueil