SAINT MEDARD
Le  saint patron de l'église de Thieux  est , après St Martin,  un des saints les plus célèbres en France. A tel point que son nom a subi toutes sortes de déformations: à quelques kilomètres de Thieux, le nom de la ville de Saint-Mard en est une. Il y a  même Cinq-Mars! Sa célébrité est telle que sa légende a fini par occulter le personnage historique. Pourtant  Médard fait partie de cette poignée d'hommes qui ont eu un rôle décisif dans la sauvegarde de notre civilisation au moment de l'effondrement de l'empire romain. D'abord ce sont des notables issus des envahisseurs barbares et respectés par eux. Ensuite, leur conversion au christianisme les entraîne à s'imprégner de la langue et de la littérature latine, ce qui fait d'eux des savants et augmente leur prestige!
Le personnage historique:
Né au milieu du Vème siècle à Salency, en Picardie, de Nectar, notable franc, et de Pélagie, gallo-romaine chrétienne, il deviendra prêtre, attaché à l'évêque de Vermand (Saint Quentin). A la mort de celui-ci, il lui succède et déplace l'évêché à Noyon, forteresse mieux protégée des incursions payennes.
Sa réputation s'étend à tel point que c'est vers lui que se précipite la reine de France, Radegonde, lorsqu'elle s'enfuit de la cour. Le roi Clotaire vient de faire assassiner son frère, seul rescapé avec elle, de la cour de Thuringe conquise par les francs. Les proches de Médard lui conseillent de ne pas affronter Clotaire mais Radegonde l'interpelle: "Evêque, qui crains-tu le plus, la créature ou le créateur?". Piqué au vif, Médard accepte de la consacrer diaconnesse et elle ira à Poitiers fonder une abbaye.
Clotaire ne lui en tiendra pas rigueur. Lorsque Médard meurt, il se précite pour récupérer son corps et l''inhumer dans sa capitale, Soissons. Le corps d'un saint dans une cathédrale, c'est une vraie richesse!
Le personnage légendaire:
    Le saint "météo": dans sa jeunesse Médard était un modèle de sagesse et de générosité. Apercevant un pauvre grelottant, il lui donne sa pelisse.St Médard Alors éclate un orage et tombe une averse. A la surprise de tous les témoins, un aigle vient se placer au-dessus de lui, en vol stationnaire, pour le protéger de ses ailes! C'est sa première manifestation météorologique et comme sa fête, fixée au 8 juin, tombe sur une période critique pour l'agriculture où le temps peut décider du sort de la récolte, c'est à lui que s'adressent les prières.
    "Quand il pleut pour la St Médard, il pleut quarante jours plus tard
    "A moins que St Barnabé
(11 juin) ou St Gervais (19 juin) ne le rachète...
Les archives de la météorologie ne confirment pas ces affirmations mais la croyance en ces dictons allaient très loin comme en témoigne Saint-Simon: "(Au siège de Namur en 1692) le beau temps se tourna en pluies, de l'abondance et de la continuité desquelles personne de l'armée n'avait vu d'exemple et qui donnèrent une grande réputation à St Médard dont la fête est au 8 juin. Il plut tout ce jour-là à verse et on prétend que le temps qu'il fait ce jour-là dure quarante jours de suite. Le hasard fit que cela arriva cette année. Les soldats, au désespoir de ce déluge, firent des imprécations contre ce saint, en recherchèrent les images et les rompirent et les brûlèrent tant qu'ils en trouvèrent."
   
Le jumeau: le choeur de l'église de Thieux est orné d'un grand tableau, derrière l'autel, qui représente  deux évêques supposés jumeaux, St Médard à droite, St Godard'ou Gildard) à gauche.Jumeaux Ce jumeau ne lui a été attribué que longtemps après sa mort. Les contemporains n'en parlent pas. Le tableau de Thieux met en scène la légende avec les deux évêques ordonnant deux jeunes hommes. Selon la légende, celui qui est agenouillé devant Godard n'aurait que 12 ans et serait le futur  St Lo.
Le saint "dentiste":  Saint Grégoire de Tours raconte: "Le glorieux confesseur       Médard repose auprès de la ville de Soissons (...). Avant que le temple ne fut construit, comme il y avait sur le sépulcre du saint  un bosquet composé de petits arbustes  et qu'il fut enlevé lorsqu'on dédia le temple, il est juste que nous racontions ce qu'il y eut de grand dans ce pauvre petit bois. Souvent de petites baguettes qu'on en faisait ont en peu de temps soulagé une douleur aigüe des dents. Informé de cela, Charimer qui est maintenant référendaire du roi Childebert, tourmenté d'une douleur de ce genre, se rendit à la basilique du saint, afin de prendre de ce bois et d'obtenir du soulagement par la vertu du saint mais en arrivant il trouva la porte fermée. Alors, convaincu que la vertu du bienheureux est présente partout, il tira son couteau et se tailla dans la porte un bâtonnet. Aussitôt qu'il en eut touché ses dents, la funeste douleur se dissipa. Nous possédons un bâton de ce bois par le moyen duquel les malades ont souvent éprouvé du mieux."
    Il en résultat que les artistes du Moyen-Age représentant St Médard montrant ses dents rendaient sa figure grimaçante. C'est de là que sont venues les expressions "Mine de St Médard" pour désigner un visage maussade et "Ris de St Médard" pour un rire forcé. Au XVIIème siècle, un proverbe disait:
                "Ris qui est de St Médard
               "Le coeur n'y prend pas grand part.
La fête de la "Rosière":   à Salency, ville natale de St Médard, existait une fête du couronnement de la "rosière" qui avait lieu à la saint Médard et dont on faisait remonter l'institution à ce saint. Il s'agissait de l'élection d'une jeune fille qui recevait une couronne de roses et devenait "reine d'un jour". Si cette institution ne semblait pas très postérieure à St Médard, on pourrait le considérer comme l'ancêtre de toutes les "Miss" actuellles!






Retour aux 'Richesses   artistiques"